ECOPODCAST

Branche tes écouteurs

Compétences vertes au service de l’éducation sexuelle, une évidente nécessité

ecoblog
ecoblog
Compétences vertes au service de l'éducation sexuelle, une évidente nécessité
/

Plus de 4,3 millions de béninois ont entre 10 à 24 ans (représentant 32,8 % du total de la population). Ces jeunes, qui incarnent l’avenir prometteur du pays, naviguent dans un contexte souvent complexe lorsqu’il s’agit d’obtenir des informations précises et des services essentiels liés à la santé sexuelle et reproductive. Malgré les avancées notables réalisées au fil du temps, les défis persistent, qu’il s’agisse du manque d’informations fiables, des obstacles socio-économiques ou de la participation limitée des jeunes aux prises de décision. Encore que les questions environnementales influent en permanence sur la santé sexuelle et reproductive de ces jeunes. L’Association des Blogueurs du Bénin (AB-Bénin), à travers le mouvement “Billi Now Now”, a décidé de prendre l’initiative de mener la discussion en organisant un #WasexoTweetUp à l’occasion de la journée internationale de la jeunesse.

Ce TweetUp a porté sur le thème : “Compétences vertes et éducation sexuelle : quels enjeux pour un environnement durable ?” en écho au thème mondial de la Journée internationale de la jeunesse : “Compétences vertes pour les jeunes : vers un monde durable“. Célébrée annuellement, cette journée offre une occasion unique de réfléchir aux multiples obstacles et possibilités auxquels les jeunes sont confrontés dans le contexte actuel. L’urgence environnementale qui caractérise notre époque nécessite une action concertée, guidée par une vision claire et une stratégie commune. Il est essentiel que les jeunes, qui seront les futurs acteurs du changement mondial, soient équipés de compétences axées sur la durabilité. Ces compétences englobent bien plus qu’une simple conscience de l’environnement ; elles comprennent également des qualités telles que l’innovation, la créativité et la capacité à moderniser les technologies et les pratiques existantes pour promouvoir la durabilité. Ainsi, par le biais de cette initiative, Billi Now Now cherche à établir un lien profond entre les impératifs environnementaux et une éducation sexuelle complète, affirmant ainsi que la santé de la planète et celle des individus sont étroitement liées et indissociables.

Ont pris part à cette discussion :

  • Maïmouna ADAMOU, Directrice du Camp Climat Régional et Activiste pour la justice climatique
  • Djawad RAMANOU, Spécialiste des innovations pour le développement
  • Foumilayo ASSANVI, Juriste spécialisé en droit international de l’environnement, blogueur et modérateur de la discussion.

Bonne écoute !

Inscris-toi à notre newsletter pour ne rater aucun ecobillet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même sujet

À écouter

Table ronde du projet “Porto-Novo, Ville Verte”

AfterPop : et si le bonheur était dans nos poubelles ?

L’ONG JEVEV célèbre les fruits

Tout sur Agreco, entreprise spécialisée dans l’agroécologie

Le Festival Alimenterre 2023

Ecolotrip au CPSA de Parakou

Les Journées JVF : moment de partage et d’expérience sur l’environnement

Pour y vivre – EP2 : Dialogue régional des jeunes et des femmes sur l’adaptation au climat en République du Bénin

D’inspirants activistes climat font bouger les choses en Afrique

Compétences vertes et éducation sexuelle BNN

Compétences vertes au service de l’éducation sexuelle, une évidente nécessité

Jeunesse Africaine : des compétences vertes pour un monde durable

Pour y vivre – EP1 : Les changements climatiques, qu’est-ce que c’est ?

Gbodjo : la Mairie doit intervenir face au déversement des ordures sur les voies

Vers une mobilité plus respectueuse de l’Environnement dans la commune d’Abomey-Calavi

Finir les travaux à Cococodji, la solution pour mettre fin à l’inondation

Ce qui pourrait sauver la planète, selon nos ecoblogueuses et ecoblogueurs

Solutions pour arrêter la pollution de l’air à Houètô

Fondation Gnidehoue

Le nom derrière la Fondation Gnidehoue

Retour en haut